top of page
  • ldesjars

DIGITALESSENCE : JAMAIS EN PANNE DE BONNES IDEES


Etienne a plusieurs années de moins que moi, ce qui ne m’empêche pas de comprendre tout ce qu’il me dit. D’autant que ce qu’il me dit m’intéresse.

Etienne est le créateur de Digitalessence une société de logiciels spécialisée dans le vidéomapping. L’entreprise a dépassé l’âge de raison depuis quelques mois puisqu’elle a fêté ses huit ans et ils sont à présent dix personnes, pleines d’ambition, liées à leurs convictions pour le meilleur à leurs convictions.

Sur le plan marketing, puisqu’il est nécessaire d’en faire, Digitalessence se définit comme un créateur d’atmosphère. Etienne me parle de solutions, puisqu’il s’agit de technologie, de code, de soft, de trucs de ce type, mais il me parle également de création et saupoudre la conversation d’un peu de poésie. Digitalessence ne vend pas que des softs, des solutions, des trucs informatiques, ils vendent aussi de la poésie et mettent le beau à la portée de beaucoup d’entreprises qui n’en avaient pas les moyens jusqu’à présent.

Je demande à Etienne s’ils ont débuté dans un garage comme un gars au pull noir ? Ça le fait rire et me réponds « presque ». Ils ont commencé leur activité dans une cave. Dans notre école, l’ECE, nous fabriquions des infodécors pour les soirées du BDE. D’autres BDE se sont intéressé à notre travail et nous ont demandé la même prestation. On a commencé à se faire payer, et nos camarades sont devenus des clients. Et puis on a eu l’idée de mettre le logiciel en ligne, gratuitement. Le logiciel a cartonné ! (Je mets un point d’exclamation, parce qu’il a cartonné.) De fil en aiguille et de bouche en oreille, l’événementiel s’est intéressé à nous : les agences, les sociétés d’audiovisuel et des entreprises en direct. Digitalessence était lancée.

Aujourd’hui, s’il possède un socle solide de clients en event corporate, pour de la décoration scénique, de soirée, pour créer des ambiances immersives et futuristes, ils se sont fortement développés dans le retail. Free leur a confié les ambiances de ses boutiques, Courir des animations visuelles dans ses points de vente.

Autre chose ?

C’est une question de pure forme, parce que je sais pertinemment qu’il y a autre chose. Et il y a effectivement autre chose. Etienne poursuit sur sa lancée et je continue à l’écouter parce que j’aime beaucoup raconter ceux qui aiment ce qu’ils font et qui aiment raconter ce qu’ils font. Avec enthousiasme. Et puis, une entreprise qui n’a rien à ajouter glisse sur la mauvaise pente.

Etienne me parle de Lightdrop, leur nouveau concept. Goutte de lumière. Ou bannière de lumière si l’on pousse un peu. C’est presque plus élégant en français…

Lightdrop est le fruit d’un constat : après chaque événement, et d’autant plus sur les salons, des bennes entières de déchets partent on ne sait où, et deviennent on ne sait quoi (cette constatation fait écho à un autre article que vous lirez plus loin). On parle en tonnes, je le sais, j’ai vérifié. Alors Lightdrop a eu l’idée de créer un logiciel de vidéomaping pour les stands.

L’idée peut modifier « l’esprit » des salons. Il y avait autrefois les grands stands, réalisés par des standistes, des scénographes, et aujourd’hui il y a les stands Lightdrop, une solution qui peut donner l’accès à des entreprises qui n’avaient pas les moyens d’avoir autre chose qu’un stand modulaire.

Je ne suis pas en train de vous dire que Lightdrop s’adresse aux petites entreprises, je dis simplement que Digitalessence démocratise la vidéomaping, ouvre des perspectives créatives et pratiques à tous les exposants. Les grands comme les petits.

L’impressionnant et l’attractivité sont désormais à la portée de tous les budgets. Des panneaux blancs, un montage simple ou compliqué, Lightdrop renvoie une image contemporaine, connectée à son temps.

Au-delà des mécanismes de création de trafic, il y a l’aspect pratique. Les exposants peuvent piloter Lightdrop d’un Ipad. Le logiciel permet de changer un décor, de lancer une présentation d’un coup d’index. Que vous vendiez des tracteurs, des grues ou des immeubles, Lightdrop vous donne la possibilité de tout montrer.

Et puis, nous en parlions au début de cet article, Lightdrop permet de concevoir un stand différent pour chaque salon à partir d’une structure nue, modulable, identique pour chaque salon. Le résultat ? D’énormes volumes de déchets en moins.

Une manière différente d’envisager le salon ou une révolution ?

A vous de voir. Il suffit de cliquer sur les liens ci-dessous et d’appeler Etienne.


Laurent Desjars

Kaméléon Event

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page