top of page
  • ldesjars

MODE D'EMPLOI POUR RECONNAÎTRE LES CREATIFS (ET SAVOIR AUSSI SI VOUS L'ÊTES)


Vous vous direz peut-être que j’ai une tendance monomaniaque à chercher de quelle manière naissent les idées. Et vous aurez raison. Le sujet me passionne.

J’ai lu récemment un article du Huffpost qui affirmait que la pensée créative nécessitait une cognition complexe qui est complètement différente du processus de réflexion. Une vague histoire de cerveau gauche et de cerveau droit entrait également dans l’équation. En gros, je caricature un peu, on peut imaginer sans penser et penser sans imaginer. Encore une fois, j’allais encore passer à côté de la vérité, du secret le plus secret du monde.

En revanche, l’article allait m’apprendre comment reconnaître un créatif, pourtant difficiles à repérer tant elles sont complexes, paradoxales et qu’elles ont tendance à éviter la routine. Et ? « Le moi créatif est beaucoup plus complexe que le moi non-créatif » dixit Scott Barray Kauffmann, psychologue à l’Université de New-York. Les créatifs ne sont pas faciles à repérer, il n’y a pas de profil typique, mais il existe des comportements révélateurs qui ne trompent pas.

La liste est longue et il va falloir user et abuser du processus de réflexion et avoir suffisamment d’intuition pour parvenir à savoir si ma coiffeuse, qui a appelé son salon Objec’tifs Coiffure, est une femme créative, même si elle me demande à chaque fois « on fait comme d’habitude, monsieur Desjars ? »

Je réponds oui, invariablement. Alors suis-je un créatif ?

En déroulant l’article, je me rends compte qu’il faut cocher un certain nombre de cases. Je me rends compte également que les informations sont beaucoup trop intimes pour classer ma coiffeuse dans un catégorie.

Les créatifs rêvassent, ils observent tout ce qu’il y a autour d’eux, ils travaillent aux heures qui les arrangent, ils prennent le temps d’être seuls… A ce moment-là de ma lecture, je me demande comment font les créatifs pour travailler dans une entreprise, quelle qu’elle soit. Pour le moment, j’ai l’impression que l’on me décrit la paresse.

Je continue quand même, on ne sait jamais.

Alors les créatifs contournent les obstacles de la vie, la douleur et la destruction de sa propre existence. Les créatifs sont également à la recherche de nouvelles expériences, ils échouent, ce qui veut dire qu’ils sont persévérants pour la plupart, ils posent les bonnes questions, ils observent les gens, ils prennent des risques. Pour eux, tout devient une occasion de s’exprimer. Ils réalisent leurs vraies passions. Ils sortent de leurs têtes et perdent la notion du temps. Ils s’entourent de beauté, relient les points et font bouger les choses. Et enfin, ils consacrent du temps à la méditation.

Si vous avez commencé à lire cet article en vous disant « allez, je me lance, je vais enfin pouvoir confirmer si oncle Robert est vraiment passé à côté de sa carrière d’écrivain et si Benjamin, le créatif de la dernière agence de pub à la mode (parce qu’il y a des modes, oui, en publicité, comme dans la mode et plein d’autres secteurs) n’est pas l’usurpateur que j’ai toujours soupçonné qu’il était.

Vous êtes déçus. Vous vous demandez de quelle manière vous allez vous y prendre pour savoir si oncle Robert sort de sa tête et relie les points ou comment Benjamin fait pour bouger les choses. Ce dont vous êtes sûrs, c’est qu’aucun d’eux ne fait de méditation.

Je me tourne vers Psychologies, un peu désespéré. Dix préceptes y sont empilés comme les cubes d’un jeu d’enfants. Je parcours les premières lignes en rechignant et je me retrouve en quelques secondes à la fin de l’article en sentant un sourire large sur mes lèvres. Je suis créatif. Je me suis reconnu dans tout ce qu’annonçait l’article.

Je me suis reconnu ou ai-je cru me reconnaître parce que je voulais être ce qu’annonçait le rédacteur ?

Ce que je sais, en tous les cas, c’est qu’une seule petite ligne d’un article de Marie-Claire idées a retenu mon attention. Il s’agissait d’une femme qui énumérait les raisons pour lesquelles elle se sentait créative. Elle disait qu’elle ne pouvait s’empêcher de griffonner sur son cahier quand elle était en réunion.

Je pense que c’est un élément incontestable de créativité. Alors un petit conseil si vous voulez toujours savoir pour oncle Robert et votre cousin Benjamin : organisez le prochain dîner de famille, posez des serviettes en papier et des stylos à côté des assiettes et plombez l’ambiance. Vous verrez bien ce que chacun fera de son crayon et de son morceau de papier.

En attendant, si vous voulez savoir quel genre de créatif vous êtes, faites le test Adobe en cliquant sur l’image.

Laurent Desjars

Kaméléon Event


24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page