top of page
  • ldesjars

ORA : UNE AUTRE IDEE DE L'IMAGE

En déroulant pour la énième fois mon fil Linkedin, au hasard, sans vraiment d’idée précise, je suis attiré par une boule. Ou plutôt, pour être tout à fait précis, une sphère élégante ainsi qu’un visage, celui de Philippe Walter, patron d’Atmosphère, la société qui a conçu et qui commercialise ORA, une sorte de Géode inversée, un objet étrange que je n’avais jamais vu auparavant. Et pourtant j’en ai vu des innovations innovantes, croyez-moi.

Vous pourriez me dire, oui, ok, c’est du maping et alors ? Vous aurez tort. Le maping est une technologie qui utilise la projection de face. Tout objet ou membre qui entre dans le faisceau provoque une ombre portée. Et l’ombre portée est une faute de goût, un crash esthétique. ORA est un écran. Pas d’ombre portée. Pas de déformation de l’image puisque ORA exige une conception particulière, une réinvention de l’image. ORA est un challenge pour l’imagination.

La plaquette décrit ORA comme un outil de communication qui captive et retient l’attention. ORA est conçu pour aménager les espaces et mettre en lumière les marques. Il est possible d’interagir avec ORA par l’intermédiaire de QR codes ou d’écrans tactiles (si la lumière le permet). Dans la plaquette, on relève d’autres promesses : augmenter l’engagement (en partageant l’expérience sur les réseaux), accroitre le nombre de visiteurs, sur un salon par exemple, ou un showroom et enfin, et enfin accroitre le temps passé sur un message ou les messages délivrés par la marque.

L’équipe est également séduisante, parfaite pour accompagner une marque, une entreprise sur un événement grand public, ou sur la conception d’un espace de démonstration, un showroom, éphémère ou permanent, un happening dans une exposition ou sur un salon. Dans l’équipe, il y a Philippe, le fondateur, producteur de ciné et expert en marketing événementiel, Glawdys, la directrice de création, Frédéric, réalisateur et écrivain, Ilya, ingénieur en optique, Matthieu, le web marketeur et Oleh, le motion designer. Toutes les compétences nécessaires pour raconter une belle histoire et séduire tous les publics.


D’accord, ça c’est le côté publi-reportage.


C’est la raison pour laquelle je décide d’appeler quelques amis scénographes. Peut-être partageront-ils pas mon enthousiasme. Peut-être vont-ils me dire que cela existe depuis des lustres… Pas du tout.

Le premier, Olivier, me dit d’emblée qu’elles ne sont pas très grandes. Mais comme Olivier est positif et créatif il ajoute immédiatement que cela doit pouvoir se transformer en avantage. Il pense à des grappes de raisin géantes sur un salon vinicole, des systèmes solaires pour présenter le nôtre et des exoplanètes, décrire leur composition, strates par strates. Il parle de promotion pour des films de science-fiction, de trompe l’œil : de faux aquarium avec des poissons qui changent de couleurs, qui forment des logos. Il évoque le casque des cosmonautes, qui s’ouvrent et se ferment pour montrer leurs expressions et leurs émotions lors d’un décollage, etc… Je l’arrête.

Moi, je pense à réinventer des expositions. Présenter les tableaux les plus célèbres en les adaptant au format d’ORA. Qui pourra les reconnaître ? Je pense à des ateliers pour apprendre la géographie aux enfants. Je pense à de la déco pour une salle de soirée, des ambiances folles et belles, des fleurs qui éclosent dans un champ de ORA.


En quelques minutes, ORA aura stimulé nos neurones. Et c’est très bon signe…


Toutefois, des questions me sont posées. Peuvent-elles être « jouer » ensemble quand on en installe plusieurs ou sont-elles pilotées par un seul logiciel ? Peut-on programmer une création scénographique qui utiliserait plusieurs ORA, de tailles différentes ?

Un autre scéno est séduit, il n’a pas le temps de me répondre, c’est bientôt les vacances en même temps, et tout le monde est épuisé. En revanche, il me fait une remarque : il me dit que les dispositifs doivent coûter un peu cher, surtout s’il s’agit d’événementiel, d’éphémère…

Je ne sais que répondre à toutes ces questions. L’idéal est d’appeler Philippe Walter.

Il me dit que les écrans se louent, heureusement, pour des événements. L’équipe d’Atmosphère conçoit et réalise les images en fonction de vos demandes, mêmes les plus folles.

Gens de l'événement, scénographes et autres créatifs, si vous avez une idée un peu ronde, une vision scénographique à 360, des concepts sphériques plein la tête ?

Appelez ATMOSPHERE et Philippe Walter.


Laurent Desjars

Kaméléon Event


Pour visiter le site internet d'ATMOSPHERE, cliquez sur le logo ci-dessous ;




19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page