top of page
  • ldesjars

UN MOMENT CREATIF AVEC PEOPLE AND BUSINESS EVENT/FILM/DIGITAL

Dernière mise à jour : 18 juil. 2022

Temps de lecture : ça vaut le coup d'aller au bout, quand on aime on ne compte pas et le titre est déjà écrit sur la porte.

François Laurent est le Directeur Général associé de People and Business depuis 15 ans. J’ai travaillé avec François, il y a longtemps, dans une autre agence que j’aimais beaucoup. Il m’impressionnait. Il avait un canapé dans son bureau. Quand vous êtes jeune, que vous mettez les pieds dans une agence qui travaille pour de superbes marques comme L’Oréal, ça en jette. Mais ce que j’aimais chez François, c’était cet amour de l’image, de l’idée originale, son culte de la curiosité et puis, exigeant avec lui-même avant d’être exigeant avec les autres, il mettait un soin tout particulier à concevoir et écrire ses recommandations. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts mais les ponts n’ont, quant à eux, pas changés. Nous nous sommes retrouvés, non pas sur son canapé mais autour d’un magret de canard dans une belle brasserie parisienne. La purée était délicieuse, mais j’en ai mis plein sur mon cahier. Et il débute la conversation en me disant qu’on fait vraiment un métier extraordinaire. Le pitch commence bien.


Comment expliquerais-tu ton job à ta grand-mère, histoire qu’elle comprenne bien qui est People and business et ce que l’agence propose à ses clients ?


Derrière la devanture verte de l’ancienne ébénisterie, adossée à la colline, on distille un élixir de cerveaux augmentés. A l’origine, l’agence est orientée dans le pur conseil en marketing et communication, un savoir-faire très orienté : in business, et on people. Aujourd’hui, ce pur jus, twisté de jolis mots et de belles images est agrémenté d’un showflow ciselé d’émotions et d’actions. Agitez légèrement, mettez en valeurs avec beaucoup de lumière, de préférence naturelle ou LEDs. Puis, on relève d’une pincée d’audace. Se révèlent alors des histoires irrésistibles en tous points de goût et de vue.


Ces histoires nous sont demandées exclusivement par des entreprises, pour sublimer leurs recettes, en imaginer d’autres aussi, pour se présenter, expliquer, convaincre, partager, engager des leads ou encore enthousiasmer un public, lors de grandes rencontres. Il peut s’agir également de renforcer l’efficacité d’un programme d’inbound marketing, d’un Plan stratégique ou d’actions commerciales, d'améliorer un pivot ou une séquence de communication interne ou externe en RH ou RSE, ou encore de créer une effervescence événementielle en push ou In Real Life auprès d’une communauté plus ou moins large. Ici, on délivre un « savoir talk » on demand, dans un esprit serious mix à tendance 3.0.


Et c’est à cet instant que nous nous sommes lancé un French challenge : ne plus utiliser un seul mot d’anglais durant cette entrevue… Parfaite occasion pour lancer un jeu à nos chers lecteurs, notre audience chérie. A partir de maintenant et pour chaque mot suivant annoté d’un astérisque (*), à vous de retrouver sa réelle expression anglaise. Partez ?! (*)


Au fait tu savais que ma grand-mère était sortie première femme major de sa promo à X ?


Et choisir dans une boite à outils, ça suffit pour bien répondre ?


Evidemment que non. On doit justement penser en dehors de la boite (*). Pour ma part, le plus important, ce qui compte avant tout, c’est l’écoute. Certains clients omettent involontairement des informations qui peuvent être essentielles. Ecouter mais également relancer, compléter, observer jusque dans les signaux invisibles.


Tu peux être pénibles parfois ?


Soyons tranchant (*), dans l’exercice de mes missions au sein de l’agence et avec mes clients, jamais ou toujours avec diplomatie et respect. Si on décide de travailler ensemble ce n’est pas pour se raconter des excréments de taureaux (*). Il est important de se poser les bonnes questions car c’est souvent dans un bon énoncé que réside une partie de la solution. Cultiver la relation dans de bonnes conditions c’est mieux pour faire de grandes choses surtout lorsque c’est notre métier. Et c’est pour la grande majorité un sentiment partagé. Nos commanditaires attendent de nous le meilleur et la réciprocité est nécessaire pour cela. Pour autant, travailler avec une agence ne doit pas être un gouffre de temps pour les équipes clients, bien au contraire, nous leur devons aussi de faciliter leur travail et de leur faire gagner du temps. Un Directeur de Communication me soufflait : doux (*) et dorlotant (*), c’est une belle image.


Qu’est-ce qui fait la force d’une agence ?


En Grèce, Leonidas utilisait déjà la chrysopée pour ne pas dîner en enfer. La pierre philosophale, l’alchimie ultime c’est l’équilibre parfait entre : l’or gris, la création. C’est ce qui fait le petit plus et la grande différence. L’or jaune, le précieux, l’humain, les équipes, toutes ses parties prenantes. Et l’or rose : une production maline d'une exécution irréprochable. Et quelquefois il est bon de se le répéter plutôt trois fois qu’une. Si j'ai bien compté cela fait 49 points de force qui n’en sont qu'une . Dernier conseil : tout ce qui brille n’est pas d’or et surtout se méfier du loup qui dort.


Alors un bon projet, c’est pas simplement de la créa ?


Tout est important dans un projet, il faut aller dans les détails. Et c’est dans le détails que se cache les Oscars. Je suis sûr que je prêche auprès de convaincus. Il est de plus, utile de fournir de l’agilité, pour faciliter l’amélioration continue des dispositifs en quasi temps réel, par retour d’expériences utilisateurs par exemple, que ce soit pour de l’artistique, du contenu, ou encore de l’exigence réglementaire ou financière pouvant nécessiter un redimensionnement.

Chez p&b on appelle cela des solutions malines(*).


Tu veux parler de mise en scène ?


Rien ne doit être gratuit ou alors pour la beauté du geste. Ouvrir des portes inaccessibles, et rendre unique. S’exposer sous son meilleur jour, présenter les bons arguments, utiliser des ressorts innovants, parfois déroutant, faire comprendre et adhérer, est une harmonie complexe ou tout doit avoir sa place. Comme en ce moment, on ne prend pas un simple déjeuner interrogations (*) mais on partage une expérience culinaire rare, créatrice de valeurs et d’inspirations, pour nos lecteurs. Et quelquefois, on se permet quelques excentricités.


Logiciel de présentation d’aide visuelle ? (*)


Pour présenter nos projets, comme ceux de nos clients : on utilise bien sur des puces (*). Il y a les mots mais aussi l’image, l’intensité de la voix, la posture, la gestuelle, l’environnement et ne jamais sous-estimer l’enthousiasme et l’énergie. C’est déjà montrer son savoir-être.


Tu aimes prendre des risques ?


Oui. Pas pour se faire plaisir ou casser les codes parce que c’est mode. Il s’agit bien de répondre de façon pertinente ou d’adopter une posture de différenciation à bon escient. Quelquefois ce sont nos clients qui nous entrainent hors du cadre sans même le savoir ou parfois même les budgets. Oser, j’aime, cela fait appel à l’instinct, c’est puissant. Mais cela doit être avant tout la meilleure réponse à apporter.


Oser quoi ? L’originalité est un concept très subjectif. Ce qui est original pour les uns peut être ringard pour les autres. Et inversement.


C’est pour cela que l’écoute et la relation en amont, dans la parfaite compréhension du contexte et des enjeux sont déterminants.


Et comment tu sais qu’un client est content de l’opération ?


Pour cela il existe toute une batterie d’indicateurs ; de la balade incognito dans le public en passant par le client mystère sans oublier les indicateurs clés de performances (*) pour répondre aux exigences des objectifs fixés : bilan carbone, taux de satisfaction, d’imprégnation, retombées et nombre de vue, de suiveurs (*) et autres corrélations. La relation entre les équipes clients et l’agence est aussi un marqueur fondamental de réussite.


Et ils disent du mal des fois ?


Tu sais que ta question est idiote ? et je suis poli ; dans l’actualité, c’est tendance ce genre de réponse. On est en dehors (*), là ?

 

PEOPLE AND BUSINESS EN MODE CASUAL


L’exercice n’est jamais simple. Une photo sympa, des questions un peu intimes. François y va mais bon, il sera plus à l’aise dans la troisième partie…


Tu as un endroit que tu aimes particulièrement à l’agence ?


Entouré des équipes. C’est l’endroit où l’on partage toutes et tous de tout. J’aime bien aussi l’arrière-cour pour lire un journal plié en quatre dans ma poche, ou prendre l’air libre pour réfléchir.


Qu’est-ce que tu leur dis que tu ne devrais pas leur dire ?


Je leur dis tout ce que j’ai à leur dire mais pas n’importe comment.


Tu penses quoi du télétravail ?


On l’applique régulièrement depuis 25 ans avec nos équipes pour les productions de nos opérations aux 4 coins de la Terre. C'est original, une sphère avec des coins.


Tu as un surnom ?


Démêler déjà, mon nom du prénom et mon prénom de mon nom, alors un surnom, non.

Bon d’accord, si ça peut aider pour une bonne phrase-choc (*) : Teddy Riner me surnomme « ma cuisse », en rapport à nos profils respectifs.


Tu consultes qui en premier quand tu reçois un brief ?


Tout le monde. On cherche toujours tous ensemble, j’aime partager, écouter et confronter les idées, en croisant les regards. L’émulation et l’énergie collective est un moteur différenciant, mais ce n’est pas une science exacte. Je crois que j’ai deviné ta prochaine question.

Tu savais que j’avais eu un caméléon à la maison ? c’est tout aussi impressionnant.

 

J'AIME TELLEMENT CES TRUCS QUE J'EN PARLE A MES CLIENTS


Quand on fait de la communication, la résonance (*) d’une image, la plus improbable, la plus surprenante nous rend forcément admiratif, ou pas. Alors en voici un, qui date de quelques semaines mais qui a eu son petit effet. On avait vu BHL, Bill Gates et bien d’autres encore, gentiment entartés, voici à présent la Joconde.

Fallait oser ! Un peu chère l'addition pour moins de 400 vues !


Je vous laisse juger avec ce didactitiel d'une autre portée :

Et pour la beauté du geste, cet inconnu qui filme le jour et la nuit, en même temps,

Et en bonus pour les passionnés, il est vrai et vérifié qu’un cercle avec des coins, ça existe et c’est vraiment original :

Pour clore et rêver les territoires futurs, parlons un peu du Marketing 3.0… Marketing 3.0 ?? Vous savez qu’est-ce que c’est donc ?

C’est l’itération suivante (*) : nous explorons plus précisément l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, et la cyber-mercatique (*). Un terrain de jeu qui repose sur des systèmes alternatifs de communication et d’échange comme la chaîne de blocs (*) et de nouvelles pratiques et usages naissent et permettent des avancées intéressantes et des projets sont déjà initiés dans ce domaine. C’est stimulant quoi d’autres (*) ?


Allez, une dernière vidéo, juste pour le plaisir des yeux et là, pas besoin de (*).

Bon, on arrête le jeu ?


C’est ainsi que les 2 premiers qui m’adresseront les bonnes réponses des 19 astérisque (*), en version originale s’il vous plait ET avec une belle histoire, gagneront un cadeau tout aussi original.


Keep in touch et pensez à vérifier les informations.


Laurent Desjars et François Laurent

ou François Laurent Desjars


PS : Pour voir ce que People and Business est capable de faire, il faut aller sur ton site ?


Le mieux reste un échange, pour regarder des images et discuter d’exemples et mises en solutions adaptées. Mon numéro de portable est accessible sur le site. Vous pouvez entrer en contact facilement par presque tous les réseaux et canaux existants il y a même un courriel (*) et un adresse postale. Et encore mieux si vous cliquez sur le logo, vous aurez toutes ces infos :


85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page